Critiques diverses et variées

Les élèves de la classe cinéma de 4e2 ont assisté et participé durant une semaine au mois d’octobre au ciné festival en pays de Fayence. Le principe, le festival attire notre attention sur toute une série des films et courts métrages que les professeurs proposent ensuite à leurs classes. Voici à travers différents textes et témoignages des élèves de la classe cinéma de 4e2 , leur ressenti.

Le 18 octobre 2019,  la classe cinéma est allée voir des courts métrages au cinéma de Fayence. Ceci est un court- métrage réalisé par Sophie Martin.

Ce court métrage raconte l’histoire de deux sœurs qui ont perdu leur mère dont une joue au basket. Elle a vraiment raconté la difficulté des enfants qui perdent leurs parents. Cette histoire raconte vraiment le courage de vivre!

Dunk

Nous avons vu plusieurs court-métrages au Ciné Festival qui a eu lieu à l’espace culturel de Fayence. Nous avons choisi de vous parler du court-métrage «Dunk». La réalisatrice de «Dunk» s’appelle Sophie Martin, nous l’avons rencontrée. Nous avons beaucoup aimé ce film.

Le mot «Dunk» est un terme de basketball, c’est quand un joueur s’accroche à l’anneau du panier de basket et qu’il smatche la balle dans le panier.

Le film parle d’une jeune fille et de sa petite sœur ; la mère est morte et le père ne va pas bien donc il ne s’occupe pas d’elles. Elles vont dans un foyer. La plus grande joue au basketball. Elle a eu beaucoup d’embrouilles. Le film est très émouvant. La réalisatrice a su comment nous faire passer les émotions. Les plans sont très bien choisis.

On vous conseille ce court-métrage!!!

Océane et  Mélanie 4°2

La collection

J’ai vraiment aimé ce film car il m’a beaucoup ému.
Pendant la Seconde Guerre Mondiale, une pauvre femme juive sans le sous se voit obligée d’ouvrir sa porte à un acheteur, qui lui demande de s’entretenir avec son père M.Klein. Il veut acheter sa collection de tableaux. M. Klein est vieux, malade et aveugle.

Dès le début, nous sentons la détermination de l’acheteur, profitant de la faiblesse et de la misère des personnages, en temps de Guerre, pour faire de bonnes affaires, acquérir des oeuvres d’Art à moindre coût. Il sourit, se sent vainqueur d’une bonne affaire.

A l’opposé, Elise, la fille de M. Klein est froide, distante, réticente. On éprouve de l’empathie pour elle, car elle semble vulnérable.

Elle veut protéger son père, le préserver, en lui cachant les difficultés qu’ils rencontrent.

La pauvreté de ces malheureuses personnes surpend même le spectateur quand cette femme sert le thé à son père et à son “hôte”, elle met sur la table un sucrier….avec seulement un sucre dedans!

La surprise continue par la chute finale : la collection enfin dévoilée à l’acquereur ne présente que des cadres vides, les tableaux ont déjà été vendus…!

L’acheteur et Elise jouent le jeu : M.Klein n’en saura rien. Sa fierté et son bonheur nous touchent autant que la tendresse et le dévouement d’Elise pour son père. L’acheteur, qui semblait tellement antipathique au début, parait compatissant.

Nous comprenons ce qui n’est pas raconté : Elise a été obligée de vendre les tableaux de son père pour subvenir aux besoins de la famille. C’est un mensonge d’amour, c’est un beau message.

Elle porte seule le poids des difficultés dues à la Guerre pour préserver son vieux père. Elle est digne. On aimerait être aussi forte qu’elle.

Jeanne 4e2

La collection

Court métrage d’Emmanuel Blanchard

Ce film fait réfléchir : cela veux dire qu’il faut analyser et comprendre le film pendant la diffusion !

Ma critique sera accès sur l’histoire et sa compréhension.

L’histoire est consacrée sur des collections possédé par des juifs ce qui me permet de dire que ce court métrage évoque aussi la guerre de 39-45 (2ème guerre mondiale) et ce petit détail qui est une étoile jaune sur la veste de la jeune femme.
J’aime ce court métrage pour les dires que j’ai dis plus haut !

Mickaël et Lenny 4°2

Tunisie, 2045

Un père et sa fille attendent, inquiets et fatigués. Un simple geste peut décider de leur avenir…

Ils cherchent refuge ; ils ont été contraints de fuir leur pays et sont devenus des migrants ils sont français et demandent de l’aide à la Tunisie. Nous sommes en 2045.

Le film est cool car il se sont battus, et le film dit qu’on n’est tous pareils noirs ou blancs ; la discrimination, ça ne doit pas exister !

Enzo et Romain 4e2

Negative space

J’ai aimé ce film d’animation car il m’a fait avoir les larmes aux yeux et il m’a émue. J’ai trouvé ça mignon, c’est le seul petit garçon qui partage une telle passion avec son père: les valises. Mais il s’amuse ou apprend avec ce qu’il peut vu que son père est tout le temps en déplacement, son père n’a pas forcément le temps de lui apprendre des choses ou des jeux ; le seul point commun qu’il ont c’est la préparation d’une valise depuis qu’il est tout petit c’est ça que sont père lui a appris.

Franchement j’ai aimé parce que j’ai trouvé cette histoire trop mignonne et trop émouvante. La mise en scène est très bien faite, les personnages bien réalisés, le scénario, les musiques, les plans. Les mises en scène (pour les décors, les voitures, les personnages…) sont incroyablement bien réalisées, les décors sont aussi incroyables car il sont faits vraiment comme si c’était un dessin mais mis bout à bout face à la camera, ce qui fait vraiment un “dessin-animé” .

Manon 4e2