Engagement citoyen

Première sortie pour les éco-délégués ce jeudi 18 février 2021: au programme : une rencontre d’une heure avec un jeune éco-ambassadeur de 19 ans, Nathan Gil (voir portrait ci-dessous), investi dans l’action associative depuis ses 15 ans. Il leur a raconté ses motivations, les rencontres qui l’ont marqué (Edgard Morin au festival du livre de Mouans), ses engagements militants et associatifs divers.

… et ramassage des déchets pour les éco délégués du collège Marie Mauron de FAYENCE

Puis durant deux heures, les élèves se sont consacrés à un ramassage des déchets en tout genre dans le collège ainsi qu’à ses alentours, encadrés par Mmes Chevalier, Valet, professeures au collège et par Nathan. La vingtaine d’éco-délégués a été répartie en trois groupes afin de ratisser au plus fin tout l’espace autour du collège.

Gantés et masqués, les collégiens ont investi les cours, les terrains de sports, les esplanades et espaces verts. Armés de sacs poubelle en tous genres, ils ont séparé et trié les déchets collectés.  Résultat de la collecte : à l’intérieur du collège, ils ont pu récolter des déchets de petite taille. Ils ont rempli 6 sacs d’innombrables bâtons de sucettes, papiers de sucreries, papiers en tous genres, de tout petits bouts de plastiques provenant des stylos cassés, tubes de colle, et masques en tissu ou en papier. En tout cas, une récolte moins fructueuse qu’à l’extérieur grâce au remarquable travail des agents. A l’extérieur du collège, les plus gros déchets ont pu être ramassés aux abords de la route de Fréjus :  de très nombreuses cannettes et bouteilles en plastique, sachets de grignotage apéritif, masques, mégots et paquets de cigarettes, et même un vieux pneu, un enjoliveur de roue auto. À la fin de la journée, plantée devant leur 6 grands sacs de 130 l., une élève a déclaré : « Il faudrait organiser des ramassages beaucoup plus souvent ! On recommence après les vacances ? »

Les éco-délégués, c’est quoi ?

Ce sont des élèves élus pour la plupart par leurs pairs, et qui sont sensibles aux questions d’environnement. Ils ont pour mission de mettre en place des actions concrètes pour sensibiliser l’ensemble des collégiens aux pratiques, aux gestes plus respectueux envers Dame Nature : Briser les élastiques des masques jetables – ils avaient observé dans la cour des oiseaux empêtrés dedans- collecter des bouchons pour les redonner à des association caritatives, faire des campagnes d’affichage dans les locaux, créer à terme un potager, voire une mare afin de créer une zone humide qui attirerait plus de biodiversité, construire avec leur professeur de technologie des nichoirs et hôtels à insectes…

Ils ont aussi écrit une lettre à Mme Michèle Perret, adjointe à l’environnement afin de voir comment eux, collégiens, pourraient donner des idées à nos élus et les aider. Cette dernière est ravie de cette démarche et les rencontrera après les vacances, le vendredi 26 mars prochain.

Bref depuis la mise en place des éco-délégués, de nombreuses initiatives ont émergé. Reste à eux de donner vie à ces beaux projets …

Nathan Gil

Nathan Gil

Nathan Gil, un éco-ambassadeur pas comme les autres

Ce discret et frêle jeune homme de 19 ans – étudiant en deuxième année de BTS agricole Gestion et Protection de la Nature au lycée agricole Aix-Valabre (Gardanne) – a déjà une renommée dans le monde de l’environnement local. Dès ses 15 ans, il intègre le monde associatif en 2017 du « Collectif Citoyens Mouansemble », association collégiale qui fonctionne comme un laboratoire d’idées et d’innovations citoyennes (travaillant autour de thématiques de l’éducation, de l’alimentation, de l’habitat, de l’énergie, des déplacements, de l’épanouissement, de la culture, des espaces naturels et des nouveaux modes de gouvernance démocratique).

En 2019, il devient Président de l’association « Nous voulons des coquelicots – Mouans-Sartoux » depuis 2019 qui lutte pour l’interdiction des pesticides. Il « monte à Paris » pour rejoindre le collectif national. Tous les mois, il organise des réunions et depuis la COVID, des webinaires avec des personnalités plus ou moins connues, comme le maire breton de Langouët, réunissant en moyenne 600 personnes.

Puis il quitte Mouans pour Peymeinade, où il découvre que l’immense domaine de Grangeneuve (350 ha) est toujours sous la menace d’une urbanisation rampante. Il rejoint l’association Adepte Nature, et se joint à son combat. Son rêve ? faire de sa passion un projet de vie.