Après la vague

Dans le cadre du projet lecture  “De la plume à l’oreille”, nos élèves de 3e1 (Mme Puginier) et 3e4 (Mme Bertin) se sont rendus à la médiathèque Villa Marie de Fréjus le vendredi 02 avril 2015, Ils ont été accueillis par Mme Filipine Vanbel, responsable du secteur jeunesse.

Objectif final du projet “De la plume à l’oreille”: rencontrer un des 5 auteurs sélectionnés ,  Orianne Charpentier, au sujet de son livre “Après la vague”, (Gallimard, Collection Scripto). C’est un livre troublant et touchant, autour du thème du deuil. Il décrit une relation fraternelle intense et douloureuse, et la reconstruction de l’ identité d’un adolescent fragile… La rencontre avec l’auteure s’est déroulée impeccablement, la voix douce et poétique d’Orianne Charpentier a retenu l’attention de l’auditoire, qui était dans une qualité d’écoute exceptionnelle. Les questions des élèves, préparées au préalable avec leurs professeurs-  ont été posées spontanément au fil de la séance. Orianne Charpentier, demandait le prénom des élèves, distribuait la parole et leur répondait avec pertinence : “Pourquoi avoir donné les prénoms de Maxime et de Jade à vos héros?” -C’est une très bonne question. Oui, le choix des prénoms a été très important pour moi. Maxime ou Max, vient  du latin maximus, qui signifie le plus grand… c’est étrange qu’on le réduise à Max qui est court. C’est aussi parce que ce personnage renferme en lui un potentiel dont il ignore l’existence au début du livre. Qu’au fur et à mesure des chapitres, il va errer, chercher, jusqu’à la reconstruction finale au bout du livre[…]. Quand au prénom féminin de Jade, il fait référence à mes voyages en Mongolie, où j’ai acheté un bracelet de Jade. Vous savez que c’est une pierre semi précieuse qui a une très grande symbolique en Orient et en Chine, elle porte chance, comme un talisman. Dans le roman, Jade part très vite, emportée par la vague, ce qui la rend d’autant plus précieuse et indispensable à Maxime…”

Les élèves ont découvert que des éléments apparemment insignifiants du livre faisaient référence au vécu intime de l’auteure. Le livre de Kafka, “Le château“, emprunté par Max à la bibliothèque, et son voyage à Prague par la suite, étaient reliés au vécu d’Orianne Charpentier, qui avait visité ce pays à  20 ans…. Le labyrinthe du “Château” kafkaïen est la métaphore de l’errance de Maxime après la perte de sa sœur aimée….

Bref, deux exemples ici, qui montrent la précision de l’écriture d’ Orianne Charpentier lors de la construction de son livre, 6 mois durant…

A la fin de la rencontre, quelques élèves ont lu des textes de leur cru en témoignage de leur impression de lecture. Orianne Charpentier était très touchée et émue cet implication des élèves dans le projet.

[Best_Wordpress_Gallery id=”9″ gal_title=”Rencontre Plume 2015″]