ENTRETIEN ENREGISTRÉ SUR LA RADIO R2M DU COLLEGE

A l’initiative de M. Nicolas ANDERBEGANI, professeur d’histoire au collège Marie Mauron de Fayence,

Monsieur René CLERIAN, Ancien Résistant du camp Faïta de Francs Tireurs et Partisans Français, accompagné de Madame Catherine TALLENT, secrétaire du Comité ANACR Est Varois et de Mr Christian BONHOMME, Président du Comité ANACR  Bessillon, a rencontré lundi 29 avril 2019 au CDI du collège un groupe d’une trentaine d’élèves des classes de 3ème.

Madame Marie VALET, professeur en charge du CDI a procédé à l’enregistrement audio de cette rencontre. Cet enregistrement restera un outil précieux de réflexion et de connaissance historique de cette période hors du commun de la Résistance Varoise, mis à la disposition des collégiens de Fayence.

Ce témoignage, sous enregistrement audio, s’est déroulé en 3 parties :

-De la drôle de guerre à l’entrée dans la Résistance

– L’action dans la Résistance

– La libération et l’après-guerre

Durant près de 2 heures, de nombreuses questions, sélectionnées par leur professeur d’histoire,  ont été posées successivement par les élèves à notre jeune Résistant de 95 printemps.

L’origine familiale, morale et philosophique de l’engagement de René dans la Résistance ;  comment il a vécu cette période au quotidien ;  quelles étaient sa fonction et ses actions ;  à quelle réseau ou mouvement de Résistance avait-il appartenu. Que pensait-il du rôle des femmes dans la Résistance, en avait-il été témoin ? La Libération, l’après-guerre, l’épuration, la reconnaissance tardive (souvent ou inexistante) de la nation envers les Résistants, enfin le message à transmettre aux élèves.

La faim, la peur, la clandestinité, la fraternité conservée toute une vie envers les camarades de la Résistance, la volonté de perpétuer et transmettre la mémoire de ce que fut la Résistance et les motifs de son engagement, l’esprit de Résistance, la connaissance de ce qui fut afin que la jeunesse évite les erreurs du passé. René déplore que la crise économique et boursière de 1929, la période de l’entre deux guerre et la montée du fascisme et du racisme en Europe ne soit plus largement enseignée dans les programmes de l’Éducation Nationale.

Soyez vigilent, la “bête immonde n’est pas morte”. Il faut faire “La guerre à la guerre” !

René l’humaniste, le pacifiste, le laïque,  a diffusé son message d’espoir et d’amour à des jeunes gens  attentifs  qui seront  pour beaucoup d’entre eux,  grâce à lui, les citoyens responsables de demain.

Commencée autour d’un repas pris dans le réfectoire des élèves à 12 heures, aimablement offert par la direction de l’établissement et terminée autour d’un café réconfortant offert par Marie Valet en salle des professeurs, cette journée comme toutes celles qu’il effectue inlassablement depuis tant d’années dans les établissements scolaires, au contact des jeunes,  est certainement le secret de l’éternelle jeunesse de notre cher ami René. Résistant un jour, Résistant toujours. Notre cher Résistant est un républicain convaincu, un infatigable militant des Droits de l’Homme.

Il sème derrière lui la sagesse, l’espoir, la vie.

Catherine TALLENT