Création d’un jardin médiéval

Genèse du projet

L’an passé, nos premiers éco-délégués avaient émis le souhait de créer un potager. En discutant avec nos nouveaux élèves, il nous a semblé intéressant de nous attacher à recréer un jardin médiéval. En effet, outre le fait que ce soit un objet pédagogique précieux pour notre EPI Monde médiéval, le jardin médiéval a la caractéristique d’être un beau projet écologique complémentaire à celui engagé sur la mare naturelle. Comme tout carré médiéval, il sera entouré de plessis qui maintiendront la terre. (voir texte ci-contre) Comme le collège possède de nombreux platanes muriers, notre professeur M. Fleury a fait mettre de coté lors de la taille  de l’automne dernier, des rameaux qui auraient dû partir à la déchèterie.

Une partie de la terre qui constituera le sous-bassement des carrés provient du sol de surface de la mare. Ce sont les lycéens de Galliéni qui l’ont apportée au lieu prévu à cet effet, grâce à leurs engins.

Puis au mois de mai, les éco-délégués mais aussi des élèves volontaires fréquentant la salle de permanence, ont permis à ce projet d’avancer en parallèle avec celui de la mare. En effet, nous ne voyons nos éco-délégués qu’une fois par semaine.

Ils en ont profité pour faire un projet remis à Mme Noaillon ainsi qu’un devis pour l’achat des poteaux en bois de châtaigner qui serviront à la structure des carrés. Les jardins seront aussi surmontés d’une pergola en bois, qui permettra à certaines plantes de grimper afin d’ombrager les plantations en été.

Le chantier est donc toujours en cours.

A terme 3 carrés devraient être mis en place: Carré potager, carré de simples et carré bouquetier, par exemple. Il devrait aussi être alimenté en eau par un réservoir d’eau pluvial.

Un jardin médiéval, c’est quoi au juste?

Le jardin médiéval est un jardin clos, calme, niché au coeur d’un cloître d’une abbaye ou à côté d’un château. On pouvait aussi en trouver dans les cimetièrres. Les plantations y étaient surélevées et les bordures des petits carrés étaient constituées le plus souvent par des plessis de noisetier. Ils pouvaient aussi être constitués de murets de pierre sèches. Le bois de noisetier était aussi utilisé pour fabriquer des arcs car il a la propriété d’être très flexible. Le jardin dans sa totalité pouvait être cloturée par des haies lorsqu’il n’était pas installé dans le cloitre d’une abbaye, à l’abris des regards indiscrets.

Dans les abbayes, ces jardins étaient entretenus par les moines ou religieuses.

Il faut imaginer un jardin autarcique, qui vise à l’autonomie donc, directement inspiré du jardin d’Eden.  On pouvait y trouver :

  • de quoi se nourrir
  • de quoi se soigner
  • et de quoi faire acte de dévotion, avec des plantes sacrées.

Les étapes de construction

Suite au creusement de la mare pédagogique, les élèves du lycée ont apporté la couche supérieure de terre décaissée comme soubassement de nos futurs jardins en carrés.

A terme chaque carré devrait avoir sa propre pergola. Ici, les poteaux sont justes plantés. Il reste cette semaine à les mettre d’équerre, à y installer des traversses puis à tresser les tiges de platanne pour y constituer le plessis médiéval.

À suivre…

Suite au creusement de la mare pédagogique, les élèves du lycée ont apporté la couche supérieure de terre décaissée comme soubassement de nos futurs jardins en carrés.

A terme chaque carré devrait avoir sa propre pergola. Ici, les poteaux sont justes plantés. Il reste cette semaine à les mettre d’équerre, à y installer des traversses puis à tresser les tiges de platanne pour y constituer le plessis médiéval.

À suivre…