04 94 60 64 80

Views: 30

Mini-croisière à Ste Marguerite pour les éco-délégués

par | Juil 3, 2024 | Actualité, Eco-délégués

"Une récompense pour leur engagement"

A chaque rentrée, j’interroge nos élèves sur leur motivation à ETRE éco délégués. A chaque fois, c’est la même réponse.

Nos éco-délégués s’engagent tout d’abord dans des actions quotidiennes car ils aiment la nature, les animaux, et se sentent offensés quand elle est polluée, voire souillée par des personnes qui font preuve d’incivilité ou de bêtise, ceux-là même qui parfois, se moquent de leur engagement.

Alors tout au long de l’année, ils s’engagent dans des projets : créer un jardin, terminer le projet de la mare, accrocher les nichoirs fabriqués les années précédentes, trier le papier, participer à des actions de nettoyage… Et nos 30 élèves sont restés stoiques jusqu’au bout de l’année dans leur investissement. Pourtant, ils ont trimés sec cette année : armés de pelles, pioches, bécus, brouettes et arrosoirs, ils ont soulevé des centaines de kilos de matières diverses et variées pour déplacer, creuser, couper, agrandir, fertiliser, terre, trous, branches, jardin et mare. *

Notre équipe de pilotage, composée de professeurs et de quelques personnels administratifs, ont souhaité REMERCIER ces élèves avec une très jolie sortie sur l’ile sainte Marguerite, au large de Cannes.

 

La sortie

C’est donc le jeudi 27 juin 2024 que nos éco-délégués ont embarqué quai Laubeuf à Cannes sur les bateaux reliant le continent aux îles de Lérins. Cet archipel, constitué de deux îles, Sainte Marguerite et Saint Honorat, est situé à 15 min de bateau au Sud de Cannes.

Un peu d’histoire

L’ile de Sainte Marguerite est la plus grande en superficie, forte de ses 160 ha et est occupée d’abord par les romains, puis au 17e siècle par les Français, les Espagnols, et à nouveau très vite, par les Français en 1637. Une grosse garnison est chargée de veiller sur le port de Cannes. Les canons de la forteresse pointent d’ailleurs sur cet étroit détroit et non vers le large.

A la fin du 17e siècle, Louis XIV envoie Vauban sur l’ile.  La configuration actuelle des bâtiments, tours, fortifications, fossés, courtines, demi-lunes, casemates, sont érigés à cette époque.

C’est ce que nos élèves ont visités. M. Magaud, professeur de technologie a organisé quelques jeux et challenges afin de les intéresser et sensibiliser au sujet. M. Magaud est un passionné d’histoire militaire – au point de participer à des reconstitutions historiques.

Michel Fleury, professeur de technologie a aussi tenu à informer nos élèves que toutes les restaurations des bâtiments historiques ont été entreprises par des jeunes gens, impliqués dans le mouvement des Chantiers de jeunes.

Découverte du site naturel

Puis, accompagnés par Marjorie Ughetto, guide naturaliste très connue et appréciée dans notre canton, ils ont découverts au fil des allées de l’île, des plantes uniques au monde, des habitats de petites bêtes, des fleurs ou lichens singuliers: Barbe de Jupiter, Immortelles, mais aussi des espèces plus communes et méditerranéennes comme les énormes micocouliers. Ces arbres vieux de plusieurs siècles, sont colonisés par un lichen lui-même envahi par un autre lichen unique en France, le Diromma dirinellum, (plus d’infos). A la fin de leur pique-nique au bord de la mer, les élèves ont découvert les herbiers de posidonies qui protègent le littoral en amortissant les assauts des vagues, qui stockent le Co2 et  servent de nourritures aux poissons. Ils ont appris aussi que les posidonies sont mis en menacées par les milliers d’ancres de bateaux jetées de manière inconséquente….

Les élèves ont découvert aussi le pin d’Alep, les chênes verts, la clématite, les myrtes, les eucalyptus européens….

Marjorie les a sensibilisé à cet habitat unique, si fragilisé par les milliers de visiteurs qui déferlent sur l’ile quotidiennement.  Pour en limiter les dégâts, l’ONF , gestionnaire des ces espaces naturels, trace de larges  allées, laisse pousser des murs végétaux embroussaillés d’arbustes piquants, des ganivelles  (clôtures en bois) ont été installées aux abords des zones sensibles.

Pour certains de nos élèves, c’était la première fois qu’ils visitaient l’île ou qu’ils montaient dans un bateau. Beaucoup ont apprécié la sortie. L’an prochain, on visitera peut-être les étangs de Villepey vers Fréjus, à la rencontre des oiseaux de notre région.

Aller au contenu principal