04 94 60 64 80

Views: 37

Nos élèves au jury du Cinéfestival en Pays de Fayence

Mar 11, 2023 | Cinéma, Projets pédagogiques

Lors du Ciné-festival en pays de Fayence du 15 au 21 octobre 2022, des élèves du collège de Fayence se sont portés volontaires pour faire partie des jurys longs et court- métrages.

Leurs témoignages, au vu de cette semaine cinématographique, montrent que ces jeunes en sont ressortis différents, enrichis de ces échanges et de ces nouvelles émotions face à un cinéma qu’ils n’ont pas l’habitude de voir , changés et un peu plus cinéphiles que consommateurs…

Voici leur avis sur cette semaine particulière :

 Baptiste, juré court-métrage.

« J’ai beaucoup aimé découvrir ce monde du cinéma avec des passionnés. J’ai adoré écouter et avoir pu débattre avec les autres membres du jury tous très investis. Echanger sur notre ressenti, c’est quelque chose que j’ai beaucoup apprécié. Être juré m’a permis de pouvoir regarder plein de films courts et longs en avant première , c’était très sympa. Et puis surtout maintenant quand je vais au cinéma, j’ai une autre vision des films, je les regarde différemment .J’ai beaucoup aimé plonger dans ce monde cinématographique le temps d’une semaine. »

Noémie, juré court-métrage :

« Moi j’ai tout aimé de cette semaine de cinéma, les films, l’ambiance et surtout les échanges avec les autres membres du jury. Voir un film en groupe et en débattre ensuite, c’était vraiment bien même si nous n’étions pas toujours d’accord, c’était bien de pouvoir en discuter avec  d’autres personnes et d’exprimer mon ressenti.

Mon court-métrage préféré est   A cœur perdu  car c’est un film d’animation et puis j’ai été vraiment émue par l’histoire de cet immigré qui a perdu son cœur qu’il a laissé en Iran, j’avais l’impression de ressentir ses émotions, d’être à sa place.

Cette expérience m’a appris à voir les films différemment et aussi à les interpréter d’une autre manière, à avoir une vision de groupe. »

Nelson, juré-long métrage :

« J’ai trouvé la formation cinéma avec M. Mirabel très intéressante et passionnante car j’ai appris à reconnaître les critères d’un bon scénario. J’ai été plus sensible à l’analyse du scénario et des images car je savais que j’allais devoir porter un jugement sur le film. Lorsque je regarde des films chez moi, je ne suis pas aussi attentif.

Les films que j’ai aimés sont :

Brillantes  car les thèmes traités dans le film sont très intéressants : le monde du travail, le travail de femmes et les emplois pas très bien payés.

Top end wedding. C’est une comédie romantique et je n’aime pas trop ces films là en général mais comme il y avait la découverte d’une autre culture dans le film (ça se passe en Australie) et de très belles images de la nature, j’ai bien aimé.

 La conspiration du Caire  est un film politique, avec une vraie intrigue que j’ai aussi apprécié même si cette intrigue était  compliquée car il y était question de politique. »

Longs métrages

Courts-métrages

Le  court métrage préféré par les classes de 4ème 4 et 4ème6 est Ourse. L’intrigue pousse les spectateurs à aller jusqu’à la fin, pour y découvrir ce qui arrive à cette jeune fille somnambule, nommée Ourse.

Les décors sont réels, ce qui permet d’avoir une immersion totale dans le film.

Les élèves ont  bien aimé ce court métrage car ils ont trouvé que ce dernier est plein de suspense et, à chaque nouvelle action, cela donne envie de regarder la suite.

Ils ont surtout aimé l’intrigue, ce qui a poussé la jeune fille à mettre la camera sur sa tête et à filmer ses nuits.Le fait qu’elle ait désobéi à sa mère pour sortir en cachette rejoindre son ami prouve qu’elle était déterminée et prête à tout pour découvrir ce qui lui arrive. Certains élèves ont aussi eu peur quand elle est entrée dans la forêt car ils ont pensé que quelque chose allait l’attaquer.

Le fait que son père soit décédé et qu’elle pense que c’est lui qui veut communiquer avec elle les a émus. Cela montre qu’Ourse a très envie de le revoir et a pour souhait de lui parler.

Par contre, plusieurs élèves auraient aimé une autre fin.  Ils ont trouvé dommage que la lumière jaune soit simplement le panneau lumineux du restaurant.

Le dénouement était assez rapide, il n’y avait aucune scène inutile ou ennuyante.

 

Certains ont bien aimé A Cœur perdu car l’homme au cœur perdu était déterminé à retrouver son cœur. Les élèves ont apprécié la joie de vivre qu’il avait au début du court métrage et sa relation avec sa famille les a touchés.

Ce court métrage est une jolie histoire qui transmet bien le sentiment de déracinement que peuvent ressentir les immigrés. A travers Omid, un immigré iranien, on vit réellement son mal être de ne pas se sentir complètement intégré en France.Il ne sait plus où se trouve sa maison. Il se sent perdu d’où le titre A Coeur perdu.

Omid a le mal du pays et décide de retourner en Iran pour retrouver ses racines. Et finalement il découvre que la réalité de l’Iran est autre que dans ses souvenirs et il décide alors de retourner vers sa famille en France, pour essayer de s’intégrer malgré les différences de culture et de langue.

 

Plusieurs élèves ont bien aimé le court métrage A travers mes yeux. Celui-ci raconte l’histoire de deux personnes, qui se rencontrent dans un bar. Elles s‘aiment, se marient. L’épouse tombe malade et, là, l’histoire bascule dans le surnaturel, donc elle tombe malade, sa peau devient d’une couleur noir encre. Triste, elle ne veut plus rien faire, son mari s’occupe d’elle.Elle finit par guérir, grâce à l’amour qu’il a pour elle.

 

Croquis d’audience est un court métrage qui a également été apprécié car on laisse une deuxième chance aux personnes qui ont commis des turpitudes.L’intrigue est surprenante mais extrêmement bien trouvée. Le spectateur est heureux parce que de nombreuses personnes sont acquittées.
Le dénouement est abracadabrant parce qu’ Edmond (l’artiste) se fait arrêter alors qu’il aidait toutes les personnes surendettées. Jack Bonnaffé, qui incarne Edmond, a un très bon jeu d’acteur car, quand il joue, le spectateur a l’impression que ce n’est pas un court métrage mais la vraie vie.

 

 

Je suis un jeu à la con était le plus court des courts métrages ! L’histoire se passe dans une salle d’attente avec un couple et leur petit garçon et une mère avec sa petite fille. La mère demande à son fils de jouer au jeu des sept familles avec la petite fille. Les parents se disputent à cause du tabac. Les enfants se disputent aussi donc la mère très stricte intervient en disant que ce n’est pas normal de mettre deux mamans au lieu d’un papa et d’une maman. C’est la règle du jeu ! Mais l’autre mère n’est pas d’accord et dit que : « c’est un jeu à la con ». La mère et le petit garçon quittent la salle et le père sort aussi pour fumer, croise une femme et se rend compte que c’est la deuxième mère de la petite fille.

Ce court métrage montre que le jeu des sept familles n’est plus adapté à la société actuelle car maintenant les couples homosexuels sont reconnus et libres.

 

Par les élèves de 4e4 et de 4e6 du collège Marie Mauron de Fayence

Sous la direction de Mme Nicole Bertin

Aller au contenu principal