Nos 28 élèves de la classe cinéma de 4e2 du collège Marie Mauron ont participé aux 32e Rencontres cinématographiques de Cannes (du 18 au 22 novembre 2019).

En matinée, les élèves ont tourné des courts-métrages, encadrés par trois animateurs de la MJC Picaud-Studio 13. L’après-midi, ils ont assisté à des projections de films et de courts métrages. Entre autre

    • Selfie, Réalisé par Victor Garcia, en présence de l’équipe
    • La copie de Coralie, La barque, Le scénariste : 3 courts métrages en présence de l’acteur Serge Riaboukine
    • Martin Eden, réalisé par Pietro Marcello, adapté librement du roman de Jack London
    • Profession : reporter, Réalisé par MIchelangelo Antonioni, carte blanche présentée par Jérôme Enrico
  • L’autre continent, réalisé par Romain Cogitore, en présence de l’actrice Déborah François
  • Slam
  • Victor et Célia
  • Un vrai bonhomme, en avant première et en présence du réalisateur
  • Présentation de 3 épisodes de la série MENTAL, France 2 en présence de Lorénna Thellier,  actrice, du producteur et du réalisateur, séance spéciale CANNES SÉRIES.

L’occasion pour eux d’échanger avec des acteurs ou des réalisateurs, et de découvrir des films cultes comme celui de Michelangelo Antonioni dans Profession: Reporter (1975). Avec cet incroyable plan séquence de 7 mn à la fin du film, dans lequel une grosse caméra passe au travers la grille d’une fenêtre, sans autre artifice que le génie bricoleur du réalisateur italien.

Nos jeunes cinéphiles de Fayence ont aussi pris le pouls d’un cinéma plus contemporain et sont allés à la rencontre de futurs grands réalisateurs….
Comme toutes les bonnes choses ont une fin, le dernier jour, ils ont pu admirer sur grand écran les trois courts métrages qu’ils ont produit durant cette semaine où chacun d’entre eux s’est improvisé acteur, cadreur, technicien ou danseur. Nais Vitte a obtenu pour notre collège le prix de la motivation.  Ce magnifique projet n’aurait jamais pu voir le jour sans l’infatigable volonté de leur professeur d’anglais , Mme Piscianz, qui s’est démenée corps et âme pour financer ce projet très ambitieux.* Un moment inoubliable pour eux- loin du collège et pourtant, à l’école du 7e Art.

Cliquez sur les images du diaporama ci-dessous pour l’agrandir

*Le Département, la commune de Fayence, celle de Seillans, le Foyer Socio-Educatif du collège, la Délégation académique aux arts et à la culture de l’académie de Nice, ainsi que collège ont contribué au bouclage du projet.

 

Le projet Billy Elliot

Le banc de touche

Malentendu

Le making-of des ateliers de court-métrage

Réalisé pour montrer le travail effectué dans le cadre des ateliers proposés par la MJC Picaud/ Cannes Cinéma / les Rencontres cinématographiques de Cannes Novembre 2019.

Gwendoline

Elève de 4e2, Classe cinéma

Témoignages

Partie formation

          La semaine à Cannes a été très utile et très impressionnante. Ma formation m’a appris que les plans sont très importants et qu’on pouvait tricher au cinéma. J’ai appris aussi qu’il y avait beaucoup de gens qui travaillaient derrière une caméra et que chaque détail comptait.

L’ambiance et mon ressenti

Au niveau de l’ambiance, c’était très actif, efficace et relâché. Je me sentais très à l’aise avec les animateurs mais quand je devais jouer des scènes j’étais un peu stressée. La plupart du temps, j’étais la camérawoman et j’avais l’impression que je l’avais fait toute ma vie. J’ai adoré et j’ai pu découvrir comment exercer ce métier. Les gens avec qui j’ai participé à cette formation étaient excellents et très aimables.

 

Les avantages de cette formation

  • être la camerawoman
  • être assistant
  • gérer la lumière
  • créer notre propre court-métrage
  • filmer dans différents endroits
  • jouer un rôle
  • regarder des films
  • assister à des avant-premières

Les inconvénients

  • ne pas pouvoir faire le montage
  • être obligé de regarder des films
  • rentrer tard chez nous

En tout cas, cette semaine a été très enrichissante pour moi. Elle m’a permis d’approfondir mes connaissances et je ne l’oublierai jamais.

G.O-P

“Grâce à la détermination et la persévérance de certains professeurs (surtout Mme Piscianz), ma classe cinéma de 4e2 a pu faire un atelier court-métrage lors des Rencontres Cinématographiques de Cannes (du 18 au 22 novembre 2019). C’était une formidable expérience !

          Les journées étaient divisées en deux. Le matin nous faisions les ateliers et l’après-midi nous visualisions des films.

Coté ateliers

Lors des ateliers, la classe était divisée en deux groupe : d’un côté le groupe sur le film « Le projet Billy Elliot » (le plus petit) et d’un autre, celui sur « LE BANC DE TOUCHE » et « Malentendu » (le plus grand).
J’étais dans ce dernier. J’ai ADORÉ ! J’ai pu être cameraman – ou camerawomen – et actrice !

Dans ce dernier (« Malentendu »), j’ai réalisé l’horreur – au sens ironique – que ça pouvait être : on répète encore et encore la même chose et, le problème est de ne pas faire de faux raccords (on avait des magazines, j’y ai pensé qu’après mais, du fait qu’on tournait les pages, il faut tout le temps retourner les mêmes pour une même scène) ! Être cameraman était d’autant plus complexe ! Il fallait trouver les bons plans, faire énormément attention aux faux raccords (en gros, un faux raccord et une incohérence).

J’ai aussi appris ce qu’est un master (c’est un plan général de l’action, il peut être, au montage, d’un grand secours : s’il manque un plan, on peut le mettre, il faut toujours essayer en faire un) et qu’on pouvait régler sur quelle lumière s’appuie l’objectif. Nous avons également rencontré les « problèmes » du tournage dehors avec, pour une scène de dialogue (il faut tourner 2 fois la scène : de chaque côté) près de la voie ferrée, l’arrivée un énorme train de marchandise faisant un bruit pas possible. Nous attendons qu’il passe sauf qu’il s’arrête, nous changeons de côté (pour ne pas avoir de faux raccord mais aussi pour la beauté du plan) et une voiture passe, nous déplaçons la caméra et rechangeons de côté mais le train repart, nous attendons, tournons de ce côté et passons dans l’autre sens ! ENFIN la fin du tournage de cette scène !;-) Également, nous avons eu recours à la « triche » ! Comme pour filmer les têtes en gros plan (lorsque le garçon et la fille sont sur le muret) ! Nous n’avons pas levé très haut la caméra mais avons filmé leurs têtes alors qu’ils étaient debout sur le trottoir ! Ou pour « Malentendu » dans lequel il a fallu manier l’éclairage et, de ce fait, les câbles, rien ne devait se voir !

Nais

Elève de 4e2, Classe cinéma

Coté spectacle

Nous avons visionné énormément de films :

  • « Selfie », dont je trouve que c’est plusieurs court-métrages et non un long-métrage ;
  • des court-métrages de Serge Riaboukine que je n’ai pas spécialement aimés ;
  • « Martin Eden », parlant de l’intérêt qu’ont les riches pour les autres, que j’ai bien aimé malgré les discours politique que je n’ai absolument pas compris;
  • « Profession : Reporter », avec un super plan séquence final certes, mais n’ayant pas spécialement d’histoire pour moi;
  • « L’Autre Continent », que j’ai vraiment ADORÉ, surtout le thème principal de la lutte contre la maladie, les plans, les allusions aux cultures etc;
  • « Slam », dont j’ai bien aimé la trame, mais dont l’histoire est triste ;
  • « Victor et Célia » que j’ai  trouvé divertissant avec une belle histoire et une fin ironique, en quelque sorte;
  • « Un vrai bonhomme » étant absolument MAGNIFIQUE,  parlant des « dangers » de la fraternité et comment les « affronter » et
  • enfin 3 épisodes de la série « Mental » dont j’ai bien aimé le thème mais étaient tout de même un peu spécial.

Lors de certaines séances, il y avait soit le réalisateur, un acteur, ou le producteur… Ce qui nous a permis de discuter et de leur poser des questions.

C’était une expérience absolument GÉNIALE !!! Nous avons « pratiqué » les 2 côtés du cinéma : derrière ou devant la caméra et devant l’écran !”
N.V.